Espaces publics



"Le tissu non bâti de la ville est plus important en surface que les zones construites. Ces espaces libres, tels les rues, les avenues, les places, les parcs, les cours, les jardins, les vignes, les vallons ou encore les rives du lac, la lisière de la forêt, sont les respirations du tissu urbain.

Ces espaces non construits accueillent la nature, et sont les lieux de flânerie ou de passage des habitants. Leur importance est primordiale. Ils sont l'image à l'envers du bâti, l'un ne pouvant exister sans l'autre. Ils sont l'écrin de tous les édifices et doivent être pensés en même temps qu'eux.

Les places, les rues, les parcs, les quais, les espaces urbains sont des lieux de rencontre et d'échanges privilégiés. La variété des espaces non bâtis, leurs accents font partie des identités de Neuchâtel. De leur mise en valeur dépendra l'image d'une ville qui sait encore dialoguer avec les espaces verts."

Extrait du plan directeur communal, chapitre 3 : Neuchâtel et sa qualité spatiale.

Plan d'aménagement communal
Fiche 13 : Espaces urbains marquants

Document  Document PDF 1.36Mo

Fiche 14 : Réseau piétonnier principal entre lac et forêt
Document  Document PDF 314.88Ko

Les espaces libres privés comprennent tous les dégagements autour des constructions, situés sur domaine privé, tels que dessertes et accès, jardins, prolongement du logis, places de jeux. Lors de projets, un plan des aménagements extérieurs doit être établi comprenant notamment les accès pour véhicules et piétons, le niveau du terrain naturel et aménagé, la matérialisation des surfaces, ainsi que le projet paysager, y compris l'indication des éventuels arbres à abattre et l'essence des nouvelles plantations. Une bonne intégration architecturale et paysagère, ainsi que la coordination avec d'autres aménagements, notamment publics, doivent être assurés.

Les espaces publics comprennent les rues, les places et autres espaces urbains, les parcs, ainsi que les cheminements piétonniers. Lors de projets, les aspects relatifs à la circulation (véhicules motorisés, transports publics, cycles et piétons) doivent être coordonnés, et les aspects paysagers conçus de manière cohérente avec le patrimoine paysager et naturel existant (forêt, arbres, milieux naturels).